J’ai testé : un cours de macarons

Oubliez Ladurée et Pierre Hermé. Les meilleurs macarons de France ne se trouvent pas à Paris, mais à quelques centaines de kilomètres de là, en Haute Normandie, à Pacy-sur-Eure, chez David Chasles. Depuis 15 ans, le pâtissier normand régale toute la région avec ses macarons, petits ou grands, dont il a fait sa marque de fabrique. Et depuis peu, ce passionné de pâtisserie dispense tous ses secrets de réussite dans des ateliers, auxquels j’ai eu la chance de participer. Partage, convivialité et gourmandise au rendez-vous !

Des macarons step by step

A l’heure où la France n’a plus que le nom Macron à la bouche, quelle autre pâtisserie que le macaron pour fêter l’arrivée du nouveau président à la tête de l’Etat ? Pour l’occasion (et parce que j’avais offert cet atelier comme cadeau de Noël à ma mère), j’ai retroussé mes manches en m’attaquant à la réalisation de ces petites douceurs, plus faciles à déguster qu’à fabriquer. Tous les amateurs de pâtisserie se sont tous au moins un jour essayés à cette recette simplissime, avec plus ou moins de succès, la théorie étant nettement plus simple que la mise en pratique. La pâtisserie, et la cuisine en général, n’étant pas vraiment ma tasse de thé (mon expertise dans le domaine se réduit au tiramisu et au pancake) c’est donc avec une certaine appréhension que je commençais le cours de macarons, sous la houlette du chef pâtissier David Chasles himself.

La concentration à son maximum pendant l’utilisation de la poche à douille.

 

Après avoir fait les présentations avec les autres participants (chaque atelier accueille au maximum six personnes), enfilé un tablier et s’être lavé les mains, les choses sérieuses ont pu commencer. Après que le chef a expliqué en détails chaque étape de réalisation des macarons à l’oral, ce fut à nous de mettre la main à la pâte. Littéralement. L’appréhension a alors très vite laissé place au plaisir d’apprendre et de donner vie à ces gourmandises qui, malgré leurs petits gabarits, demandent une grande dose de patience et de minutie. D’abord pour former les ronds de macarons et leur donner une forme parfaitement plate et lisse avec une poche à douille qui, pour la pâtissière débutante que je suis, n’a pas été simple à dompter. Mais aussi pour la cuisson (entre 10 à 12 minutes à 160°) qui est déterminante pour le moelleux mais aussi le croquant du biscuit. Une fois les biscuits de macaron réalisés, et dans le meilleur des cas, réussis, le reste n’est plus que du gâteau puisqu’il ne manque plus qu’à fabriquer la ganache et attendre le lendemain pour garnir les macarons.

Les macarons prêts à être enfournés.

Pour éviter que tout le monde ne passe la nuit à l’atelier, le chef Chasles avait prévu le coup en préparant les différentes ganaches au goût de chocolat, vanille et caramel beurre salé la veille. Bien sûr, nous avons quand même réalisé des ganaches de notre côté, qui ont probablement servies pour le cours du lendemain. Finalement, trois heures auront été nécessaires pour faire une bonne vingtaine de macarons qui, bien évidemment, sont repartis avec nous à la maison ! C’est la famille et les amis qui ont été contents !

Et voici le résultat ! Le verdict a été unanime : les macarons étaient DE-LI-CIEUX !

 

À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *