Berceau des pirates scandinaves il y a de cela des milliers d’années, le Danemark était de loin le premier pays nordique qui me faisait réellement rêver. Pour cette première épopée en terre viking, mon cher et tendre et moi-même avons donc mis le cap début octobre sur Copenhague, capitale danoise coincée sur l’île de Seeland, face au détroit séparant le Danemark de la Suède. Pendant quatre jours et trois nuits, nous avons eu le bonheur de marcher dans les pas des Vikings en sillonnant « le port des commerçants », la traduction littérale de Købmandshavn, qui est devenue avec le temps København. On dit aujourd’hui qu’elle est devenue « la ville du bonheur », supplantant Londres ou Barcelone. Nous avons eu la chance de vérifier cela par nous mêmes, et vous savez quoi ? Copenhague n’a rien volé de sa réputation !

Heureux comme un Danois grâce au hygge

Particulièrement difficile à prononcer (personnellement, j’ai opté pour « heuggeu »), ce concept made in Danemark n’a pourtant rien de compliqué. Cet art de vivre repose en effet sur une philosophie simple comme bonjour : se sentir partout chez soi, et profiter du moment présent avec ceux que l’on aime. Autour d’un café chaud par exemple, ou emmitouflé dans une couverture douillette avec un bon bouquin, ou simplement dans un bar cosy avec des amis. La notion de cocooning et de famille va de pair avec le hygge. Pas étonnant donc que le stress que l’on peut ressentir dans une ville aussi frénétique que Paris disparaisse une fois le pied posé dans la capitale scandinave.

À Copenhague, la confiance règne. On peut ainsi laisser son vélo sans anti-vol (nous avons fait l’expérience, et avons retrouvé nos bolides intacts), mais aussi sa poussette quelques minutes sans surveillance, ou son téléphone sur une table en terrasse (le test ultime). Les habitants ainsi que la ville respirent la tranquillité et la sérénité, notamment grâce aux vélos qui prennent l’ascendant sur les voitures, surtaxées au Danemark. L’urbanisation ayant été pensée autour de la bicyclette, il n’y a pas meilleur moyen de transport pour partir à la découverte de Copenhague… Mais encore faut-il savoir en faire (les pots de fleurs que je me suis mangés en rigolent encore).

Le design danois

Il suffit d’ouvrir les yeux pour se rendre compte à quel point il prend une place importante au Danemark. Dans l’architecture, mais surtout dans les meubles. Un petit tour au musée du Design de Copenhague permet de se rendre compte du rayonnement des Danois dans le monde de l’art, et notamment dans celui de la chaise. On peut y retrouver des modèles familiers signés de grands noms tels que Carl Ansen, Verner Panton, ou encore Hans Wegner.



Ces célèbres fauteuils n’étant pas à la portée de toutes les bourses (et surtout pas la mienne), direction les magasins pour assouvir sa soif de design. Et la liste est longue :

  • l’incontournable Hay qui mêle technologie de pointe et innovation à des prix accessibles
  • le populaire Sostrene Grene pour refaire tout son service de vaisselle à petits prix
  • le très abordable Flying Tiger pour les cadeaux souvenirs
  • le shop Dora, dans lequel nous n’avons malheureusement pas pu entrer puisqu’ils fermaient lorsque l’on est arrivés, mais qui nous a tout de même fait forte impression grâce à sa vitrine où se mélangeaient objets mignons et tendance, plantes d’intérieur et bougies. Une chance finalement que je n’ai pas pu rentrer, car mon PEL n’y aurait sûrement pas survécu…

La mode scandinave

S’il a résisté aux boutiques de déco, mon compte bancaire a malheureusement rendu l’âme dès l’instant où j’ai poussé la porte des boutiques de fringues. Tout comme le design d’objets épurés et fonctionnels, la mode danoise actuelle repose sur les mêmes fondamentaux : des coupes simples mais bien taillées, des textiles innovants, et un goût certain pour le streetwear. Une addition qui donne naissance à des vêtements aux influences nineties, avec des bombers un brin oversize par exemple, des longs coupe-vent tendances, des jeans mum coupés à la perfection qui font des fesses à faire pâlir Kim K., des t-shirts et sweatshirts qui brillent par leur simplicité, et des baskets en veux-tu en voilà. Les adresses à ne pas louper (à moins d’être à découvert, et encore !) :

  • Wood Wood, le Colette Danois qui propose des marques pointues mais qui vend aussi le fruit de ses propres collaborations, comme dernièrement avec les griffes Barbour et Champion
  • Arket, le dernier né du groupe H&M et ses collections simples et fonctionnelles à prix abordables
  • Samsøe & Samsøe pour la touche de fantaisie
  • Norse Projects et ses basiques minimalistes

La gastronomie

Les Smørrebrøds

Qui a dit que l’on mangeait mal au Danemark ? Moi, la petite frenchie biberonnée à la blanquette, avant de me rendre compte que j’avais faux sur toute la ligne. Réputé pour son design et son art de vivre, le Danemark est aussi en train d’émerger sur la scène culinaire internationale, notamment grâce à ses smørrebrøds. Plat incontournable au Danemark – si ce n’est le plus célèbre – les smørrebrøds, ce qui signifie littéralement « pain beurré », sont des tartines de pain de seigle sur lesquelles on vient ajouter un peu de ce que l’on veut, comme du saumon fumé, du rosbeef, des pickles ou des oignons frits. La légende veut que celles du marché de Torvehallerne soient les meilleures de la capitale. Nous n’avons pas eu l’occasion de pouvoir comparer avec d’autres établissements, mais celles de ce streetfood market étaient un vrai délice.

Où déjeuner et dîner ?

Pour un déjeuner ensoleillé en terrasse, foncez au Nyhavns Faergekro, situé dans le très célèbre quartier de Nyhavn. Ce charmant petit port flanqué de façades de maisons multicolores, celles qui peuplent tous les guides touristiques, est certes envahi par les touristes, mais on y mange très bien et à des prix plutôt abordables. La vie au Danemark étant très chère, nous avons explosé notre budget au restaurant deux fois : la première chez Puk, un restaurant haut-de-gamme danois situé dans le centre ville qui propose des plats simples mais excellents. L’ambiance y est chaleureuse, bien que la devanture soit un peu austère. Et la deuxième fois pour des sushis, au Market Asian Kitchen & Bar, un restaurant asiatique très design et cosy qui fait des gyozas à se damner.

Ça va bruncher !

Pour ne pas déroger à nos bonnes vieilles habitudes parisiennes, nous avons brunché le dimanche midi à une adresse que je vous recommande mille fois : le Café Norden. Situé au beau milieu d’Amagertorv, la place centrale de Copenhague, ce restaurant au style art déco fait des petits-déjeuners à tomber à base de fruits, de fromages, de muesli, de cheese cake et de smoothies. Un régal ! Sans parler de la déco scandinave avec ses têtes d’élan accrochées au mur, ses photophores et ses plaids qui traduisent à merveille la fameuse ambiance « hygge ».

Pour boire un verre

Si vous aimez la bière, une seule adresse : le Mikkeller. Fondée en 2009, cette micro-brasserie n’a rien à voir avec les bistrots virils où l’on regarde le foot en s’essuyant la bouche sur sa manche. Ici le cadre est chic et raffiné, et on boit sa bière dans des verres de dégustation. Si le soleil est de la partie, allez donc siroter votre mousse sur la grande terrasse aménagée où les Danois aiment à se retrouver après une longue journée de travail. Le quartier de Kødbyen, aussi appelé « Meatpacking District », sur les docks, est aussi réputé pour ses bars branchés, comme le Paté Paté ou le Fiskebar. C’est également dans ce coin que se trouve le célèbre restaurant italien Mother.

À ne pas louper :

La statue de la Petite Sirène (Den Lille Havfrue), du conte d’Andersen : si la sculpture en bronze est à Copenhague ce qu’est la Tour Eiffel à Paris, on ne peut pas dire qu’elle soit aussi impressionnante. Et pour cause : elle ne mesure qu’1m 25 ! Il est cependant difficile de la louper, tellement les touristes arrivent en délégation pour prendre un selfie avec elle.

La relève de la garde : elle a lieu tous les jours à midi pile, au palais d’Amalienborg, la résidence d’hiver de la famille royale du Danemark.

Le jardin botanique (Botanisk Have): difficile d’imaginer qu’un tel havre de verdure et de quiétude se tient au cœur d’une mégalopole comme Copenhague. Les photographes s’en donnent à cœur joie dans ce parc qui recèle de plantes et d’arbres en tout genre. Et pour ceux qui n’en auraient pas assez, il est également possible de faire un tour à l’intérieur des serres botaniques. La maison des palmiers est un passage obligé, bien que la température élevée et l’humidité ambiante soient difficiles à supporter, en contraste avec le froid très sec qui règne à l’extérieur. Mais le jeu en vaut la chandelle (et quelques gouttes de sueur) si vous êtes en quête de dépaysement ! Je ne saurais que trop vous conseiller la promenade autour du lac, le rendez-vous de tous les amoureux danois…et Français aussi pour le coup !

Strøget : C’est ainsi que l’on appelle l’artère commerçante de la ville où toutes les grandes enseignes ont pignon sur rue.

Tivoli : Ce parc d’attraction vintage implanté au cœur de la ville est une étape obligatoire si vous vous rendez à Copenhague entre avril et septembre, dates auxquelles il est ouvert au public, de jour comme de nuit.

La citadelle (Katsellet): Toujours qualifiée de « zone militaire », elle reste ouverte la journée au public et aux joggeurs qui sont nombreux à courir sur les remparts en forme d’étoile, au détour desquels un joli moulin typique fait le bonheur des touristes.

L’opéra : Visible depuis le palais d’Amalienborg, l’opéra de Copenhague n’a rien à voir avec celui de Paris. Créé par l’architecte Henning Larsen, le bâtiment ne fait pas l’unanimité auprès des « kobenhavner » qui lui ont donné le surnom de « grille-pain » en raison de l’énorme grille en acier qui cache la façade.

Christiania : Il n’est pas impossible que vous ayez entendu parler de ce quartier, puisqu’il s’agit en réalité d’une « ville libre ». Une ville dans la ville, si vous voulez. Autoproclamée indépendante en 1971, une petite communauté créée à l’origine par des exclus de la société y mène une vie paisible. Les maisons sont faites de bric et de broc, et le cannabis y circule en toute légalité. Un marché dédié à l’herbe a même été installé sur la place du village, ainsi qu’une gigantesque rampe de skateboard et un bar donnant sur la rivière. De quoi déconnecter complètement avec la frénésie de la ville ! Attention, si les touristes sont les bienvenus, les appareils photo, eux, sont assez mal accueillis…

Liste des bonnes adresses

Pour se loger :

Un appartement danois typique, idéal pour un couple, trouvé sur AIRBNB au nord du quartier branché Nørrebro : https://www.airbnb.fr/rooms/1011491

Pour manger :

Nyhavns Faergekro : Nyhavn 5, Copenhague 1051

Puk : Vandkunsten 8, Copenhague 1467

Market Asian Kitchen & Bar : Antonigade 2, Copenhague 1106

Café Norden : Østergade 61, Copenhague 1100

Torvehallerne : Frederiksborggade 21, Copenhague 1360

Mother : Høkerboderne 9, Copenhague 1712

Pour boire un verre ou un café :

Granola : Vaernedamsvej 5, Copenhague 1819

Mikkeller Bar : Viktoriagade 8 BC, Copenhague 1655

Ipsen & Co : Gammel Kongevej 108, Copenhague 1850

Paté Paté : Slagterboderne 1, Copenhague 1716

Kødbyens Fiskebar : Flaesketorvet 100, Copenhague 1711

Pour faire du shopping :

Hay House : Østergade 61, Copenhague 1100

Sostrene Grene : Amagertorv 24, Copenhague 1160

Flying Tiger : Frederiksborggade 23, Copenhague 1360

Shop Dora : Vaernedamsvej 6, Copenhague 1619

Mant : Laederstraede 30, Copenhague 1201

Wood Wood : Grønnegade 1, Copenhague 1107

Arket : Købmagergade 33, Copenhague 1150

Samsøe & Samsøe : Købmagergade 44, Copenhague 1150

Norse Projects : Pilestraede 41, Copenhague 1112